L’accessibilité numérique, un droit fondamental !

Accessibilite numerique - un droit fondamental

Qu’est-ce que l’accessibilité numérique ?

L’accessibilité web est le fait de rendre ses contenus accessibles à tous les types de publics, et ce quel que soit leur handicap. On pense en premier lieu aux déficiences visuelles, parfois aux personnes sourdes et malentendantes pour certains médias, mais le champ d’application est beaucoup plus large et le handicap pas forcément « visible ».

En effet, on estime à plus de 20% la proportion de la population qui souffre d’un handicap, avec par exemple :

  • Handicap visuel : cécité, malvoyance, troubles de la vue (myopie, presbytie, daltonisme),
  • Handicap auditif,
  • Handicap moteur : incapacité à utiliser la souris, mouvements limités ou manque de réactivité,
  • Handicap cognitif : trouble de la mémoire, de la concentration, difficultés d’apprentissage…

Pourquoi se soucier de l’accessibilité ?

Un site 100 % accessible permet d’offrir un accès équitable à l’ensemble des utilisateurs, et ce, quelle que soit leur situation.

  • Cela permet d’inclure tous les publics sans discrimination,
  • On obtient site plus performant et mieux référencé – certains critères sont, à juste titre, les mêmes pour l’accessibilité ou le référencement SEO,
  • Une meilleure ergonomie permettra aux internautes de rester plus longtemps sur un site (et le taux de rebond s’en ressent),
  • Et surtout, les exigences d’accessibilité contribuent à faire évoluer les mentalités vers une société plus inclusive.

De fait, l’accessibilité n’est pas juste un plus pour le site Internet. Penser accessibilité dès sa conception est assurément un atout pour tous les publics, qui à un moment de leur vie, ou selon l’environnement où ils se trouvent, auront besoin de fonctionnalités adaptées (par exemple, les sous-titres d’une vidéo lorsqu’on ne veut pas réveiller bébé, un meilleur contraste de couleurs lorsqu’on consulte son téléphone en plein soleil, un bras cassé et l’impossibilité de manier une souris, et bien entendu la perte de certaines capacités cognitives avec l’âge…).

Et tout comme la vitesse de chargement d’un site peut avoir deux lectures (un meilleur référencement d’une part, et la diminution du nombre de requête avec un code plus léger pour réduire l’empreinte carbone de son site), l’accessibilité est également intimement liée aux notions de référencement et de qualité d’un support web, au-delà des raisons humaines évoquées en premier lieu.

Les normes qui régissent l’Accessibilité

L’accessibilité numérique, depuis les débuts d’Internet

En 1994, aux débuts d’Internet, s’est mise en place le World Wide Web Consortium (W3C) dont les principes fondateurs sont les suivants :

  • Le web doit être profitable pour tous : peu importe leur origine, leur langue, leur culture, le matériel et les infrastructures dont ils disposent, mais aussi leurs capacités mentales ou physiques.  
  • Le web pour tous les supports : ordinateurs, mobiles, tablettes, télévision, assistants personnels… Ils sont en constante évolution et on doit aujourd’hui s’adapter à toutes ces évolutions.
  • Le web pour des interactions riches : Internet a été créé afin de permettre à quiconque de partager de l’information, et pas seulement de la consulter. Les blogs, espaces collaboratifs ou réseaux sociaux permettent désormais de diffuser des contenus personnel et d’interagir en ligne.
  • Le web des données et des services : au-delà de l’énorme volume de données que constituent le web, c’est également une gigantesque plateforme d’échanges de messages et de services
  • Le web de la confiance : Internet a complètement transformé nos modes de communication et la nature de nos relations sociales. La confidentialité et la sécurité des données vont de pair avec le fait de pouvoir désormais rencontrer quelqu’un ou faire des affaires sur le net.

Ainsi, le W3C est devenu le cadre de référence pour la conception de sites Internet. Ce site contient une mine d’informations pour connaître tous les standards régissant la conception des sites et applications web.

De la W3C émane un groupe de travail, la Web Accessibility Initative, qui regroupe stratégies, standards et ressources pour un Web accessible aux personnes en situation de handicap.

Les WCAG 2.1, cadre légal international

Les règles pour l’Accessibilité des contenus Web (Web Content Accessibility Guidelines), sont un ensemble de recommandations considérées comme la norme internationale pour la conception de site et et d’applications web accessibles à tous. Répartis en trois grandes catégories (développement, éditorial et graphique), ils proposent 13 grands principes :

Perceptible

  • Proposer des alternatives textuelles à tout contenu non textuel.
  • Fournir des sous-titres et autres alternatives pour le multimédia.
  • Créer des contenus qui peuvent être présentés de différentes manières, y compris par les technologies d’assistance, sans perdre la signification.
  • Faciliter la perception visuelle et auditive du contenu par l’utilisateur.

Utilisable

  • Rendre toutes les fonctionnalités accessibles au clavier.
  • Laisser à l’utilisateur suffisamment de temps pour lire et utiliser le contenu.
  • Ne pas concevoir de contenus susceptible de provoquer des crises ou des réactions physiques.
  • Aider l’utilisateur à naviguer et trouver le contenu.
  • Faciliter l’utilisation d’outils de saisie autres que le clavier.

Compréhensible

  • Rendre le texte lisible et compréhensible.
  • Faire en sorte que les contenus apparaissent et fonctionnent de manière prévisible.
  • Aider l’utilisateur à éviter et corriger les erreurs.

Robuste

  • Optimiser la compatibilité avec les outils des utilisateurs actuels et futurs.

Le RGAA, le référentiel national français

Le Référentiel général d’amélioration de l’accessibilité a été élaboré suite à la directive européenne de 2016 et au décret de juillet 2019. Il a été élaboré à partir du WCAG.

La première partie du RGAA présente les obligations à respecter en matière d’accessibilité.

La seconde partie du référentiel, destinée aux Audit d’accessibilité, présente une liste de critères pour vérifier la conformité d’une page web. Elle porte sur 13 thématiques (images, cadres, couleurs, multimédia, tableaux, liens, scripts, éléments obligatoires, structuration de l’information, présentation de l’information, formulaires, navigation, consultation) et permet de satisfaire au niveau niveau simple A (A) et double A (AA).

Rendre son site accessible, un casse-tête?

Pas tant que ça !

Entre le bon sens (du texte vert fluo sur fond jaune vif est clairement illisible!) et les bonnes pratiques du web qui prennent de plus en plus en compte – sciemment ou non – les normes d’accessibilité, la moitié du chemin est déjà faite.

Ensuite, il faut viser large. Les services publics sont déjà tenus de présenter des sites Internet accessibles à tous les publics. A notre échelle, il faut surtout, et dès la définition de sa cible, penser Accessibilité. Considérer la maîtrise des outils web de sa cible lors de la création du site est déjà un premier pas.

Quelques outils bien pratiques

Pour tester son site

  • Wave : ce site présente différents outils permettant d’identifier les points à améliorer et les erreurs selon les WCAG, principalement structurelles (la navigation par exemple) et visuelles (le contraste entre les éléments et l’arrière-plan par exemple).
  • Webhint : il est possible de scanner son site et d’obtenir différents scores selon les critères identifiés par le site : performance, PWA (Progressive Web Apps) – pour une meilleure expérience, peu importe la technologie utilisée par l’utilisateur, des comportements inattendus, la compatibilité entre les différents appareils, la sécurité, le développement du site et bien sûr l’accessibilité en tant que telle.
  • Contrast Checker : différents outils permettant de tester les contrastes d’un site selon les critères énoncés par la WCAG.
  • Les navigateurs web présentent aussi des extensions permettant d’optimiser son site : accessibility developer tool sur Chrome, ou Lighthouse sur Chrome ou Firefox.

Et pour les professionnels du design, certains plugins très utiles tels que Stark ou Cluse vous permettront de faire les bons choix dès la conception de l’univers graphique, en répondant aux divers critères d’accessibilité.

Pour avoir des retours utilisateurs

Certaines plateformes de « user testing » mettent en relation avec des testeurs (non professionnels) correspondant à certains critères de persona pour tester sites internet et applications mobiles.

Faire un audit d’accessibilité

Des experts en accessibilité numériques pourront aisément repérer les failles et axes d’amélioration de votre site Internet.

Le pouvoir du Web est dans son universalité.
L’accès pour tous, quel que soit le handicap, est un aspect essentiel.

Tim Berners-Lee, directeur du W3C et inventeur du World Wide Web

Lorsqu’on y réfléchit, l’accessibilité est un droit fondamental, et doit donc se penser dès la conception du site. Au même titre que l’écoconception ou d’autres voies d’amélioration, on a vraiment beaucoup à gagner à prendre en compte ces aspects – la plupart relevant déjà du bon sens. Plus le soin est apporté à l’accessibilité, plus il sera gage d’inclusivité, de performance et de qualité.

Une question ? Une demande d’informations ? N’hésitez pas à me contacter.