Une monnaie alternative, et engagée !

La Gonette

Lorsqu’on lance son projet entrepreneurial, l’argent occupe, bien évidemment, une place importante. Que ce soit pour en financer le démarrage, pour évaluer sa « valeur », ou tout simplement pour répondre à l’oncle ou au voisin qui s’inquiète davantage que nous : Mais comment vas-tu gagner ta vie ??

De mon point de vue, bien que devant faire partie des éléments fondateurs d’une entreprise, c’est loin d’être la première chose que je considère dans les échanges et les projets auxquels je participe. C’est bien sûr important, mais pour moi le reste vient avant ! D’ailleurs, la crise économique et sanitaire que nous vivons actuellement le prouve une nouvelle fois.

Depuis la création de mon entreprise, mes valeurs prennent une place importante dans la définition de mon projet, de mes pratiques, dans le choix de mes partenaires. Une façon simple de contribuer à « changer le monde » est de soutenir des initiatives qui pour moi méritent d’être soulignées, et davantage portées aux yeux de tous. Parmi elles… les monnaies alternatives !

Vous connaissez ?

Qu’est-ce qu’une monnaie locale / alternative?

Les monnaies locales sont définies officiellement comme des monnaies complémentaires de la monnaie officielle, en l’occurrence, l’euro. La loi du 31 juillet 2014 relative à l’économie sociale et solidaire a d’ailleurs déterminé les contours légaux de la mise en place et de l’utilisation de ces monnaies.

Le principe ? Replacer l’échange de biens et de services au cœur des transactions, et par essence, dynamiser l’économie locale, les circuits courts. Les titres doivent être émis par des entreprises de l’économie sociale et solidaire (ESS), généralement des associations, bien que certaines collectivités commencent à s’y mettre également.

Alors que l’Ademe considère les monnaies alternatives comme des leviers pour orienter les comportements vers une consommation durable, le mouvement Colibris incite les structures de l’ESS à passer à l’action, et y voit des solutions durables pour lutter contre la désertification des petits commerces, la délocalisation, le chômage, ou encore la perte de liens sociaux.

C’est aussi une excellente alternative au système capitaliste, basé sur l’épargne et la spéculation. À l’inverse des monnaies « classiques », les monnaies locales ne peuvent être placées pour produire de l’intérêt, leurs cours est fixe. D’autre part, l’achat de devises locales a une vocation sociale et solidaire : les fonds peuvent être réinvestis pour financer des projets sociaux.

Les monnaies locales en chiffres

La Gonette

La Gonette est la monnaie locale citoyenne et complémentaire de la région lyonnaise. Elle a été créée avec l’objectif de se réapproprier la monnaie et la mettre au service de l’Humain et du bien vivre.

Adhérent déjà à titre personnel à cette association, il me paraissait naturel d’associer cette démarche à mes activités professionnelles, mes valeurs étant en parfaite adéquation avec la charte des valeurs Gonette qui sont le suivantes :

  • L’argent est un outil au service de l’Humain au sein d’une économie réelle, libérée des marchés financiers
  • La monnaie doit contribuer à l’harmonie entre l’Humain et la Nature
  • Nous croyons à émergence de l’abondance à travers les échanges, vraie source de richesses
  • Nous souhaitons vivre une expérience collective portée par La Gonette qui donnera un sens réel à l’économie.

Bien qu’exerçant une activité 100% numérique et donc « déconnectée » du tissu local, je vis, je me déplace, je consomme ici, et cela me paraît évident que mes activités professionnelles doivent d’une certaine manière contribuer à l’économie locale.

Par ailleurs, le réseau Gonette regroupe pas moins de 300 professionnels de tous horizons sur le territoire, dont certains avec qui je collabore déjà, tous engagés à faire vivre une économie locale, démocratique, écologique et respectueuse des rapports humains.

En utilisant cette monnaie, je finance également la transition écologique et sociétale : pour chaque Gonette en circulation, il y a un euro bloqué sur un fonds de garantie – ce fonds est ensuite investi dans des projets à impact social, écologique, économique et culturel positif dans la Région Auvergne Rhône Alpes.

Concrètement, ça se passe comment ?

C’est aussi simple que 1€ = 1 Gonette !

J’accepte aussi les paiements en Gonettes numériques, paiement sécurisé et d’une simplicité déroutante !

Environ 300 commerces, prestataires et associations de la région lyonnaise acceptent les Gonettes. C’est une association gérée de manière démocratique par ses adhérents. Les euros échangés en Gonettes sont placés dans deux banques éthiques partenaires : La Nef et le Crédit Coopératif. Ils financent alors des projets écologiques et solidaires.

Si vous êtes déjà adhérent Gonette, n’hésitez pas à les utiliser pour payer une partie de mes prestations, et si vous ne l’êtes pas encore, n’hésitez pas à me contacter si vous avez envie d’en savoir plus !